Mamma M’IA : un regard sur les dérives de l’Intelligence Artificielle

Les éditions Massot m’ont recontactée afin de me proposer de lire leur dernière bd. Autant vous dire que j’étais enchantée de la confiance qu’ils me portent. Et vous connaissez ma passion pour la bande dessinée j’ai donc accepté tout de suite. Il s’agit d’un recueil de nouvelles intitulé Mamma m’IA : bienvenue dans la réalité augmentée.

Mamma M'IA

Le scénario est d’Anne Caroline Paucot -cette dernière est spécialiste de l’intelligence artificielle, et c’est illustré par Olivier Pelletier.

L’ouvrage Mamma M’IA comprend huit histoires qui posent des questions sur la société, sur le monde de demain. C’est vrai que l’intelligence artificielle commence à nous seconder, à nous assister un peu partout : le GPS, les montres connectées, les frigos connectés etc…

Cette bd permet de poser un regard sur ce thème, sur ses évolutions et sur les travers qu’ils peuvent engendrer. En effet, une des histoires -la première- présente un couple qui veut avoir un bébé et qui souhaite avoir l’enfant le plus beau et en meilleure santé possible.

Mamma m'ia première histoire

Ils se rendent alors dans un centre de planification des gènes de leur futur enfant, un bébé à la carte en quelque sorte. Mais ça coûte cher, très cher et ils doivent choisir en fonction du prix quelles maladies potentielles ils vont lui laisser… c’est horrible ! Je vous rassure -et je vous spoile désolée- mais à la fin ils décident de faire un bébé 100 % bio, garanti sans OGM et élevé au grain !!!

mamma m'ia

Une autre histoire que l’on trouve dans Mamma M’IA évoque la dictature des objets connectés par rapport à la santé on n’y découvre un jeune homme qui doit cracher sur son miroir tous les matins pour savoir s’il va bien et on lui annonce qu’il a une maladie grave… Il panique, il est terrorisé, imagine déjà mourir et toute sa vie est régulée par ses objets connectés : tatouage connecté, casquette connectée, montre connectée, bague, lunettes et même son caleçon !!! Une vraie toxicomanie qui lui crée un stress incroyable au lieu de Le rassurer. Je suis sûre qu’il y a des gens vraiment comme ça ! « Oh non ma montre connectée me dit que je n’ai fait que 10473 pas aujourd’hui au lieu de 10600 habituels, je n’ai pas perdu assez de calories… bla bla bla… »  Je suis convaincue qu’il peut tout à fait y avoir ce genre de dérives et d’addiction… Il faudrait réellement se détacher de ces gadgets, mais ce n’est pas vraiment le chemin que l’on prend. A méditer donc !

Une autre nouvelle, intitulée Plus belle la ville présente une nouvelle technologie qui permet de s’appliquer des filtres afin de ne plus voir la misère, la pauvreté, les gens tristes ou encore la laideur. Je vous raconte même pas la déprime quand le personnage arrive à la fin de son abonnement et qu’il retrouve la réalité !!!

mamma m'ia plus belle la ville
Cliquez sur la photo pour voir en plus grand

Se voiler la face n’a jamais été une bonne chose c’est bien connu ! Mais heureusement -et là je ne vous spoile pas- quelque chose,  un événement va le réconcilier avec la vie réelle.

On peut dire que cette bd m’a bien plu ainsi qu’à mon fils (10 ans) et ma nièce (15 ans), il a fallu expliquer quelques petites subtilités à mon Grand mais une fois comprises, il a bien rigolé.

J’ai hâte de présenter Mamma M’IA à mes élèves et je pense même en faire le support d’un atelier philo avec eux… En plus il y a beaucoup d’humour dans Mamma M’IA. C’est une sacrée critique de ce que pourrait devenir la société et de ce qu’elle est déjà un peu finalement. A mettre entre les mains (et sous les yeux) de tous ceux qui ne jurent que par la technologie et qui pourraient devenir accroc à des coach IA pour les assister en toutes circonstances. Nan mais sans rire, j’espère qu’on en arrivera pas là, ça me fout presque les boules 🤣 En même temps, avec mon Thermomix et sa clé connectée, je suis pas mal assistée dans le genre… Mamma Mia, j’ai peur…